Rechercher

Indemnités légales de licenciement : modifications liées à la réforme du travail


Cinq ordonnances publiées le 22 septembre dernier viennent apporter de nombreuses modifications au droit du travail. Nous faisons le point sur les indemnité légales de licenciement.


Déclenchement avancé à 8 mois d’ancienneté


L’exigence d’ancienneté a été abaissée par le gouvernement à 8 mois par décret, au lieu d’un an auparavant. Cette règle est applicable à tout salarié (hors fonctionnaires), quelle que soit la taille de l'entreprise. Cette durée est minimale, à défaut de dispositions plus favorables de la convention collective ou du contrat de travail. Elle n’est pas due si le licenciement a pour objet une faute grave ou lourde du salarié.


Revalorisation de l’indemnité


Le taux de l’indemnité est revalorisé pour les 10 premières années d’ancienneté du salarié : la règle de calcul passe d’1/5ème de mois de salaire par année d’ancienneté à 1/4 de mois de salaire par année d'ancienneté. Au-delà de 10 ans, c’est 1/3 de mois par année ; cela n’a pas été modifié.


Cette réforme à des répercussions sur d’autres cas de rupture de contrat, et notamment sur la rupture conventionnelle. Le montant de l’indemnité de rupture conventionnelle est ainsi réévalué dans les mêmes proportions.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Loi de finances 2021 (projet) : réévaluation des actifs

NEUTRALISATION TEMPORAIRE DE L’IMPACT FISCAL DES RÉÉVALUATIONS LIBRES DES ACTIFS : COMMENT REDORER LE BILAN DES ENTREPRISES EN PERIODE DE CRISE SANITAIRE ET ECONOMIQUE ? Les craintes exprimées il y a

COVID19 - Mesures d'aides aux entreprises

Voici, dans l’attente de la parution des décrets, les aides qui ont été annoncées par le gouvernement lors des différentes conférences de presse du jeudi 29 octobre 2020 : Renforcement du fonds de sol